Cahier 39. Le Midi et le Grand Schisme d'Occident

Cahiers de Fanjeaux
Acheter ce Cahier

Présentation générale

Comment le midi languedocien a-t-il vécu le grand Schisme d'Occident, à savoir le longue division de la Chrétienté occidentale entre papes de Rome et papes d'Avignon, à partir de 1378 et jusqu'au concile de Constance (1414-1418) ?

De façon originale, répondront en choeur les historiens à qui reviendront en foule les souvenirs d'une vigoureuse résistance méridionale face aux initiatives de la France "gallicane" et conciliaire. Qu'on pense à la fameuse lettre (l'epistola tolosana de 1402) par laquelle l'Université de Toulouse dénonça la politique royale de retrait de l'obédience avignonnaise, ou aux romanesques aventures de Jean Carrier (Benoît XIV) en Rouergue, dans les années 1420-1450, les épisodes hauts en couleur ne manquent assurément pas. Mais suffisent-ils à rendre compte de la façon dont le midi a traversé cette époque tourmentée, sur laquelle une historiographie catholique, relativement récente, fait lourdement peser l'étiquette infamante de "schismatique" et, pour les pontifes concernés, celle d'"antipapes" ?
Les contemporains ayant eux-mêmes renoncé à se prononcer sur la légitimité des deux lignées de pontifes, on ne s'engagera pas sur cette voie anachronique, mais on cherchera à comprendre les données d'un problème dramatique, que les hommes de cette époque surent finalement fort bien résoudre.
Quelles étaient les multiples facettes de l'attachement du midi, assurément fort et particulier, à l'obédience avignonnaise ? En quoi l'exceptionnelle figure du pape aragonais, Benoît XIII, si proche du Languedoc par sa culture et sa spiritualité, a-t-elle pesé sur le prolongement du schisme ? À quelle source ont puisé leur énergie les acteurs d'un processus unitaire qui a connu à Narbonne, en 1415, l'un des ses épisodes les plus marquants ?

Sommaire

I. L'ATTACHEMENT À L'OBÉDIENCE AVIGNONNAISE

II. LA MARQUE DE BENOÎT XIII

III. QUELS CHEMINS VERS L'UNITÉ DE L'ÉGLISE ?

Conclusion

Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux
Cahiers de Fanjeaux