Revisitons la collection

Présentation.     Cahiers     1 à 11     12 à 20     21 à 30     31-40     41-47

Bientôt 50 bougies !

Avec Jean-Louis Biget, professeur émérite à l'ENS-LSH. Juillet 2011.

Les Cahiers de Fanjeaux sont issus de colloques organisés depuis 1965 et destinés à l’étude de la vie religieuse du Midi de la France au Moyen Âge. Consacré à saint Dominique, le premier des colloques, se tint logiquement dans le Lauragais, à Fanjeaux, village dont le fondateur de l’ordre des frères Prêcheurs avait été le curé et près duquel il avait installé le monastère de Prouilhe pour les croyantes des bons hommes qu’il avait ramenées à l’orthodoxie par son exemple et sa parole. Le calme de Fanjeaux, son histoire particulièrement riche, ses possibilités d’hébergement au Belvédère longtemps géré par l’inlassable et diligente Monique La Mache, et l’accueil aimable de ses édiles ont fixé dans ce bourg, riche d’histoire et de spiritualité, la suite des réunions tenues depuis près de cinquante ans par un Centre d’études historiques dynamique (le quarante-septième colloque s’est tenu au début de juillet 2011).

Les Cahiers de Fanjeaux constituent l’expression de journées conviviales, au cours desquelles, dans le cadre d’un bourg historique éminent, historiens - jeunes et moins jeunes - ont confronté leur expérience, leurs recherches et leurs points de vue, dans une atmosphère de franche collaboration et d’amitié fructueuse. Conformément à la volonté d’Étienne Delaruelle et de Marie-Humbert Vicaire, colloques et Cahiers ne sauraient être les lieux d’une pensée unique. Ils témoignent d’une ouverture sans rivages et de débats enrichissants, toujours empreints d’une courtoisie bienveillante. Ils répondent à des questions, ouvrent des voies et posent des problèmes.

Le Midi de la France forme, au Moyen Âge, une province de la chrétienté occidentale, en même temps qu’un domaine particulier. Il livre des informations abondantes sur la spiritualité générale, ses inflexions et ses évolutions, en même temps que sur les structures, les problèmes et les mutations de l’Église. Il révèle aussi des spécificités particulières et toute la complexité de la vie religieuse. Aussi bien, les Cahiers de Fanjeaux composent-ils une véritable encyclopédie de l’histoire religieuse de la France méridionale entre le XIe et le XVe siècle et, comme la religion est alors absolument coextensive à la nature et à la société, ils embrassent une immense part du champ des faits sociaux de la région dans la même période. Il s’agit d’une « somme » dont il n’existe pas d’équivalent ailleurs en France, ni même en Europe.

Informations supplémentaires