Cahier 44. Moines et religieux dans la ville (XIIe-XVe siècle)

 Présentation générale

La présence des établissements de réguliers (c'est-à-dire de moines ou d'autre religieux soumis par leurs vœux à des règles de vie communautaire) a profondément marqué les formes, le paysage et l'histoire des villes du Midi médiéval - tout particulièrement à partir du XIIe siècle, qui vit s'épanouir la civilisation urbaine.

Les dix-neuf contributions de ce 44e volume des Cahiers de Fanjeaux abordent la question aussi bien du point de vue de l'histoire religieuse que de l'histoire urbaine.

En toute logique, une place de choix est faite aux ordres mendiants, notamment aux Franciscains et aux Dominicains (sans oublier leurs branches féminines). Bénédictins, Cisterciens, Hospitaliers, Templiers ou encore chanoines de Saint-Ruf ne sont pas pour autant négligés.

Parmi les très nombreuses villes évoquées, celles d'Aix-en-Provence, Avignon, Moissac, Montpellier, Narbonne, Rodez et Toulouse font l'objet d'une attention particulière.

Les aspects étudiés sont multiples, de la chronologie des vagues d'implantations au repli de nombreuses communautés pendant la guerre de Cent Ans, des logiques spatiales à la pastorale et à la piété urbaines, de l'architecture aux relations avec les autorités municipales. Un CD-ROM riche de 163 cartes, plans, dessins et photographies accompagne ce volume.

Sommaire

I. LES STRATÉGIES ET LES ENJEUX DE L’INSTALLATION EN VILLE. INNOVATIONS, CONCURRENCES, COMPLÉMENTARITÉS

II. COUVENTS MENDIANTS ET FAIT URBAIN. RETOUR SUR UNE PROBLÉMATIQUE FONDATRICE

III. LES FRÈRES MENDIANTS AU CŒUR DE LA SOCIÉTÉ URBAINE

IV- L’IMPLANTATION CONTRAINTE DE COMMUNAUTÉS MONASTIQUES ET RELIGIEUSES EN VILLE

Conclusion

Informations supplémentaires