L'anticléricalisme dans la prédication de Geoffroy du Loroux, dit Babion, archevêque de Bordeaux (1136-1158)

Cahiers de Fanjeaux

Foulon Jean-Hervé, L'anticléricalisme dans la prédication de Geoffroy du Loroux, dit Babion, archevêque de Bordeaux (1136-1158). In L'anticléricalisme en France méridionale, pp. 41-75 (Cahier de Fanjeaux 38).

Résumé de l'auteur

Les sermons de Geoffroy Babion, écolâtre d'Angers, ermite puis archevêque de Bordeaux, donnent lieu à l'expression d'un vigoureux anticléricalisme, entendu dans le sens d'une critique d'un clergé de mauvaise vie, et contribuent à éclairer des comportements nettement plus hostiles envers l'Église institutionnelle. Sa prédication synodale, d'optique réformatrice, est fondée sur la dénonciation de turpitudes cléricales assez courantes, mais reflète aussi des nuances locales : fornication privilégiée avec des femmes mariées, cupidité multiforme, commerce teinté d'usure, enfin prévarication et dédain pour l'office de prédication. Toutefois, les manifestations les plus violentes d'anti-cléricalisme sont liées à la difficile résolution du schisme d'Anaclet en Aquitaine : rejet de l'institution hiérarchique, mépris du sacerdoce, sacrilèges et incendies d'églises, sans qu'un lien précis avec l'hérésie puisse être démontré. En définitive, l'anticléricalisme bordelais put être alimenté à la fois par une hostilité envers un clergé déficient et par le rejet d'un discours réformateur « grégorien », romain, sacerdotal et pénitentiel, jugé excessif.

Index de l'article

L'index n'est pas encore disponible