Les deux justices, les deux pouvoirs. La production doctrinale des juristes méridionaux sur les rapports entre justice ecclésiastique et justice royale, de Bernard de Rosier à Guillaume Benoît (deuxième moitié du XVe siècle)

Cahiers de Fanjeaux

Arabeyre Patrick, Les deux justices, les deux pouvoirs. La production doctrinale des juristes méridionaux sur les rapports entre justice ecclésiastique et justice royale, de Bernard de Rosier à Guillaume Benoît (deuxième moitié du XVe siècle). In Les justices d'Eglise dans le Midi (XIe-XVe siècle), pp. 373-397 (Cahier de Fanjeaux 42).

Résumé de l'auteur

La production doctrinale des juristes méridionaux sur les rapports entre justice ecclésiastique et justice royale dans la deuxième moitié du XVe siècle est relativement fournie. Le témoignage de la doctrine méridionale paraît avoir, au premier chef, accompagné le parti pris de la jurisprudence méridionale pendant le premier demi-siècle d'existence du parlement de Toulouse. Mais ce n'est pas la seule explication : au XVe siècle, avec l'essor des théories gallicanes - et de leur contestation par les Méridionaux -, la coloration politique des œuvres de Bernard de Rosier, Bernard Lauret, Etienne Aufréri et Guillaume Benoît est évidente. La querelle des deux justices est encore la querelle des deux pouvoirs : question de droit, elle demeure question de principe. Car le moment est aussi celui de la pénétration de la propagande nationale, et de ses argumentaires juridico-historiques, dans ce milieu méridional encore imprégné des thèses ultramontaines.

Index de l'article

L'index n'est pas encore disponible