Reconquête de l'espace, mariage et parenté spirituelle dans le cycle des Narbonnais

Cahiers de Fanjeaux

Collomp Denis, Reconquête de l'espace, mariage et parenté spirituelle dans le cycle des Narbonnais. In Famille et parenté dans la vie religieuse du Midi, pp. 79-106 (Cahier de Fanjeaux 43).

Résumé de l'auteur

Le noyau ancien du petit cycle de Guillaume d'Orange révèle, notamment pour les neveux du héros, une parenté plus instable que les études globalisantes sur le cycle des Narbonnais ne laissent paraître, et ne fait pour ainsi dire pas de place aux femmes du clan. Ces premières aventures ne sont pas sans rappeler l'ascension des Normands dans le sud italien, voire leurs traits de caractère ou leurs modes de vie. La récriture met davantage en lumière le baptême, cependant que le tournant des XIIe et XIIIe siècles voit émerger le nom d'Hermengarde de Narbonne et offre des figures féminines plus fortes, qui illustrent politique d'alliance, et nécessité du douaire : l'établissement structurant de la fratrie permet d'en fixer la généalogie. Dans la diaspora de la fratrie se dégage une reconquête de l'Espagne où conversions et mariages jouent un rôle important. Mais le puîné se voit ravir la transmission du fief par le filleul, fort d'une parenté spirituelle qui lui a déjà apporté un prénom en héritage.

Index de l'article

L'index n'est pas encore disponible