Familia-domus : étude sémantique et historique

Cahiers de Fanjeaux

Carozzi Claude, Familia-domus : étude sémantique et historique. In Famille et parenté dans la vie religieuse du Midi, pp. 15-30 (Cahier de Fanjeaux 43).

Résumé de l'auteur

Le sens et l'utilisation des mots latins familia et domus sont analysés successivement dans les Étymologies d'Isidore de Séville (560?- 636) et dans le Registre d'Inquisition de l'évêque de Pamiers Jacques Fournier, tenu de 1318 à 1326. Le sens d'aucun de ces deux termes ne correspond directement à celui que nous donnons de nos jours à famille. La structure de celle-ci est en effet beaucoup plus large aussi bien au VIF siècle qu'au XIVe dans le pays d'Alion (Montaillou). Tout repose sur la domus, à la fois lieu de protection et de maintien de la cohésion familiale au sens large du mot. L'entourage et la domesticité font parties non de la famille au sens actuel, mais de la domus au sens médiéval attesté aussi bien par Isidore de Séville que par le Registre de Jacques Founier. La constitution d'une familia relève surtout d'une adhésion collective à une doctrine ou à des intérêts politico-religieux communs, elle peut être qualifiée de domus dès lors qu'elle repose sur des structures institutionnelles : diocèse, maison seigneuriale ou autres.

Index de l'article

L'index n'est pas encore disponible