La parole hérétique en Languedoc au milieu du XIIIe siècle

Cahiers de Fanjeaux

Paul Jacques, La parole hérétique en Languedoc au milieu du XIIIe siècle. In La Parole sacrée. Formes, fonctions, sens (XIe-XVe siècle), pp. 287-308 (Cahier de Fanjeaux 47).

Résumé de l'auteur

La réception de la parole par les croyants est l'aspect de la question retenu ici. Le champ de la recherche est strictement limité à un seul village, le Mas-Saintes-Puelles, concerné par la grande enquête de 1245- 1246, conservée dans le manuscrit 609 de la Bibliothèque municipale de Toulouse.

À propos de chaque rencontre avec les parfaits, l'inquisiteur demande aux croyants s'ils ont entendu une prédication. La moitié d'entre eux répond par la négative. Sur l'ensemble des réunions, un peu moins d'un quart fait mention d'un sermon. Or presque tous les croyants ont adoré les hérétiques. Absence de prise de parole ou oubli, la parole a beaucoup moins d'importance qu'un geste sacré.

Les inquisiteurs posent également des questions sur les doctrines : la création, le baptême, l'Eucharistie, le mariage, la Résurrection des morts.

Près de la moitié des croyants n'en ont jamais entendu parler. Il n'y a pas simplement ceux qui n'ont entendu aucun sermon. Moins de trois croyants sur dix les connaissent toutes. Il y a enfin des croyants en nombre significatif qui n'ont pas cru aux doctrines enseignées. Ces quelques constats incitent à limiter le rôle de la parole dans l'hérésie.

Index de l'article

L'index n'est pas encore disponible