Les Mendiants, conservateurs et passeurs de la mémoire ruthénoise

Cahiers de Fanjeaux

Bouat Vincent, Les Mendiants, conservateurs et passeurs de la mémoire ruthénoise. In Moines et religieux dans la ville (XIIe-XVe siècle), pp. 439-467 (Cahier de Fanjeaux 44).

Résumé de l'auteur

Si l'historiographie rouergate n'a fait que très peu de place à ses frères mendiants, tant dominicains que franciscains, il n'en demeure pas moins que ceux-ci ont joué un rôle religieux et social important à Rodez tout au long du Moyen-Âge et se sont révélés des acteurs majeurs dans la constitution d'une identité ruthénoise. Ce renforcement du sentiment d'appartenance à une même ville, les Mendiants l'ont développé - volontairement ou non - en se constituant comme véritables repères non seulement topographiques mais également spirituels, pour l'individu, sa famille, et la communauté à laquelle ils se rattachent (Bourg ou Cité de Rodez, chacune de ces parties de la ville ayant son consulat). Devenant ainsi les conservateurs de la mémoire des différents acteurs de la société, notamment par la place qui leur est laissée dans l'espace conventuel, les frères ont d'autre part développé une mémoire particulière et sélective, tournée vers la famille des comtes d'Armagnac, s'inscrivant ainsi comme les passeurs d'une mémoire ruthénoise tout à leur avantage.

Index de l'article

L'index n'est pas encore disponible