Les frères prêcheurs, entre cultes de l'ordre et cultes urbains

Cahiers de Fanjeaux

Dubreil-Arcin Agnès, Les frères prêcheurs, entre cultes de l'ordre et cultes urbains. In Moines et religieux dans la ville (XIIe-XVe siècle), pp. 417-437 (Cahier de Fanjeaux 44).

Résumé de l'auteur

Au milieu du XIIIe siècle, confronté à sa fulgurante expansion, l'ordre des Prêcheurs entreprend une vaste réforme d'uniformisation liturgique afin de soustraire ses couvents aux usages diocésains. Le sanctoral de l'office né de cette réforme privilégie les saints universels. Or, la déspatialisation, conçue comme une meilleure garantie de la cohésion, n'a pas effacé complètement les cultes privés ou particuliers, nés au contact des communautés urbaines. Le fonds de la bibliothèque médiévale du couvent des dominicains de Toulouse fournit un dossier documentaire diversifié (hagiographique et liturgique) qui révèle qu'une fois la cohésion de l'ordre assurée par sa réforme liturgique, légendiers et lectionnaires s'ouvrent de nouveau aux saints. Le légendier commandé à Bernard Gui par le maître de l'ordre fait habilement coexister identité de l'ordre et saints locaux, tandis que la documentation liturgique montre que cette appropriation des saints ne se limite pas à des visées pastorales, mais pénètre profondément au cœur de la vie conventuelle.

Index de l'article

L'index n'est pas encore disponible