Les ordres militaires et le fait urbain en France méridionale (XIIe-XIIIe s.

Cahiers de Fanjeaux

Carraz Damien, Les ordres militaires et le fait urbain en France méridionale (XIIe-XIIIe s.. In Moines et religieux dans la ville (XIIe-XVe siècle), pp. 127-165 (Cahier de Fanjeaux 44).

Résumé de l'auteur

Parce qu'ils étaient considérés comme des institutions prioritairement rurales, les ordres militaires de l'Hôpital et du Temple furent longtemps exclus des réflexions sur l'intégration des réguliers dans la ville. Même si elles demeurent encore dispersées, un certain nombre d'études conduites sur l'Allemagne, l'Italie ou la France méridionale ont pourtant démontré que les frères des ordres militaires avaient, dès l'origine, cherché à s'établir en ville et qu'ils avaient développé une véritable osmose avec les sociétés et les activités urbaines. En Provence comme en Languedoc, les commanderies s'implantèrent ainsi dès les premières décennies du XIIe siècle avec le soutien de l'épiscopat et de l'ensemble des propriétaires fonciers laïques. Les Templiers et les Hospitaliers, qui sont souvent parvenus à rassembler d importants patrimoines fonciers urbains et périurbains et à hériter de droits sur le commerce et les activités de transformation, ont tissé des liens forts avec les acteurs de la vie économique. Ils imprimèrent également leur marque dans le paysage, puisque l'implantation des commanderies, souvent dotées de monuments à haute valeur symbolique (chapelles prieurales, palais), provoqua des restructurations de la topographie environnante, tandis que leur politique de lotissements contribua pleinement à l'essor urbain du Moyen Âge centrai. Enfin, au sein du polycentrisme religieux de la ville, le rayonnement spirituel des frères guerriers ne fut en rien négligeable puisque des liens souples d'affiliation attirèrent dans leurs églises et leurs cimetières donateurs, confrères et testateurs issus des anciennes et nouvelles élites citadines. A l'avenir, tout en s'interrogeant sur les limites du tropisme urbain du monachisme militaire, il conviendra de réfléchir à l'application du concept d'inurbamento et à l'articulation entre implantations rurales et urbaines chez ces ordres, longtemps appréhendés de façon quelque peu marginale, mais qui assurèrent pourtant la transition entre le monachisme traditionnel et la révolution mendiante.

Index de l'article

L'index n'est pas encore disponible