Manuscrits liturgiques réalisés à Avignon dans la première moitié du XIVe siècle. Nouvelles découvertes dans les collections du Vatican

Cahiers de Fanjeaux

Manzari Francesca, Manuscrits liturgiques réalisés à Avignon dans la première moitié du XIVe siècle. Nouvelles découvertes dans les collections du Vatican. In Culture religieuse méridionale. Les manuscrits et leur contexte artistique, pp. 215-245 (Cahier de Fanjeaux 51).

Résumé de l'auteur

Une recherche relative aux manuscrits utilisés à Rome par les chanoines de la basilique Saint-Pierre a permis la découverte d'un nouveau groupe de livres liturgiques réalisés à Avignon au XIVe siècle. Leur examen nous offre ainsi une vision plus détaillée des décennies centrales du siècle, grâce à la connaissance de commandes passées par des prélats de premier plan, celle d'un lien étroit avec la basilique Saint-Pierre et celle de nouveaux ateliers internationaux actifs dans la ville des papes. Deux manuscrits peuvent être identifiés comme étant des commandes de prélats de la curie avignonnaise, Annibaldo Caetani da Ceccano et Jean de Cardaillac, tandis que deux autres semblent avoir été commandés directement par le chapitre de Saint-Pierre. Les enluminures de ces derniers, un psautier-hymnaire et un bréviaire, sont attribuables à deux artistes florentins importants, le Maître du Codex de saint Georges et le Maître des Effigies dominicaines. Tandis que l'activité avignonnaise du premier avait déjà été démontrée, c'est la première fois qu'un manuscrit permet d'envisager une étape avignonnaise dans le parcours du deuxième. Dans les deux cas, le chapitre se conforme à ce qu'on connaît de la circulation des livres enluminés dans la ville de Rome au xive siècle, lorsque, pendant l'absence de la curie, les commandes se tournaient vers des enlumineurs qui travaillaient ailleurs. Les manuscrits liés aux deux prélats constituent également des acquis essentiels : le cahier contenant les bénédictions épiscopales qui précède le Missel a été enluminé pour Jean de Cardaillac par l'artiste avignonnais connu sous le nom de Maître du Pontifical de Pierre de Saint-Martial. L'évangéliaire commandé par le cardinal Annibaldo Caetani da Ceccano, peut-être pour l'usage du chapitre de Saint-Pierre dont il devient l'archiprêtre en 1342, témoigne, outre un projet illustratif inhabituel, de l'activité de deux artistes importants, jusqu'ici inconnus. Les deux enlumineurs, l'un français de culture éclcc tique, l'autre italien, peut-être de formation abruzzaise, démontrent une capacité à mélanger leurs savoirs, procédé jusqu'ici inconnu dans la production enluminée avignonnaise de la première moitié du XIVe siècle.

Index de l'article

L'index n'est pas encore disponible