Les manuscrits exécutés à Avignon pour Juan Fernandez de Heredia

Cahiers de Fanjeaux

Leonelli Marie-Claude, Les manuscrits exécutés à Avignon pour Juan Fernandez de Heredia. In Culture religieuse méridionale. Les manuscrits et leur contexte artistique, pp. 87-106 (Cahier de Fanjeaux 51).

Résumé de l'auteur

Grand maître de l'Hôpital de Saint Jean de Jérusalem, fidèle auxiliaire des papes successifs, Heredia s'efforce à la fin de sa longue vie (il meurt en 1396 à Avignon) de compiler des textes racontant l'histoire de l'Espagne et celle de la Morée et de l'Orient latin. Sa quête concerne aussi bien l'histoire ancienne, aussi loin que l'on puisse remonter, que l'histoire contemporaine. Surtout Heredia se livre à une véritable entreprise de traduction de ces textes latins, grecs, italiens ou français, dans sa langue d'origine, l'aragonais. À côté de textes de travail sur papier et sans décor, sont conservés huit grands exemplaires calligraphiés et ornés pour lui. Heredia recrute les artisans du livre nécessaires. Pour scribes, il emploie souvent des compatriotes, membres ou non de son entourage habituel. Il fait appel aux mêmes ateliers d'enlumineurs que le pape et les cardinaux, représentant la double culture dominante à Avignon : celle issue de France et celle apprise dans les ateliers de Bologne. Il ne semble pas subsister d'autre ensemble de manuscrits conservés aussi cohérent, émanant de la volonté d'une seule et forte personnalité et témoignant d'une démarche culturelle aussi obstinée.

Index de l'article

L'index n'est pas encore disponible