Les manuscrits occitans enluminés du Breviari d'amor : essai d'une approche artistique et historique

Cahiers de Fanjeaux

Haruna-Czaplicki Hiromi, Les manuscrits occitans enluminés du Breviari d'amor : essai d'une approche artistique et historique. In Culture religieuse méridionale. Les manuscrits et leur contexte artistique, pp. 37-85 (Cahier de Fanjeaux 51).

Résumé de l'auteur

Le Breviari d'amor, vaste poème en occitan de 34 597 vers que Matfre Ermengaud, un juriste de Béziers, rédigea à la fin du XIIIe siècle, est une oeuvre exceptionnelle, dans laquelle la connaissance de la nature et du monde, l'enseignement de la foi et de la morale chrétienne et la poésie des troubadours - matières divergentes en apparence - sont abordés dans une perspective cependant cohérente et raisonnée pour constituer un compendium de toutes les vérités de l'Église. Cet ouvrage encyclopédique est abondamment illustré de miniatures réalisées d'une manière originale, comme en témoignent les onze manuscrits enluminés conservés, dont la grande majorité a été réalisée à Toulouse et dans le Languedoc au XIVe siècle. Plus de 200 miniatures de formats différents, allant de la largeur d'une colonne à la pleine page, sont ordonnées en plusieurs cycles thématiques, comprenant quelque 146 sujets, principalement religieux, théologiques et moraux, mais également des sujets de cosmographie et d'astronomie, révélant une richesse iconographique remarquable. Les sujets représentés ont été assez bien éclairés par l'historiographie et ont fourni une base solide pour poursuivre des recherches plus poussées. Pour comprendre une oeuvre d'une telle envergure, les pistes d'investigation ne sont en effet jamais épuisées. Certaines restent encore à explorer, comme l'étude stylistique de l'enluminure pour concourir à l'établissement de la tradition manuscrite, la réception de l'oeuvre par la voie des anciens possesseurs des manuscrits, l'histoire propre de chaque manuscrit depuis la confection jusqu'à la conservation aujourd'hui... En prenant en compte la réalité codicologique de chaque témoin manuscrit, nous essayons d'approcher les miniatures du Breviari d'amor, tout d'abord, par une tentative de lecture de l'image de l'Arbre d'amour, composition emblématique de l'ouvrage de Matfre Ermengaud. Le fondement religieux de cette image apparaît évident. Pour cette étude, les deux témoins les plus anciens, L (Londres, BL, Royal 19.C.I) et G (Vienne, ÔNB, ms 2583*), sont particulièrement cités. Concernant la question de la disposition des illustrations, certains éléments caractéristiques du Breviari d'amor se sont éclaircis, et ce qui est observé suggère aussi la fonctionnalité plurielle de l'image dans cette oeuvre religieuse. Enfin, un essai d'identification des armoiries renvoie aux possesseurs des manuscrits et révèle une large diffusion du Breviari d'amor dans la société occitane des XIVe et XVe siècles.

Index de l'article

L'index n'est pas encore disponible