Les vicariae et la genèse des « paroisses » dans le Massif Central (fin IXe-milieu-XIe siècle)

Cahiers de Fanjeaux

Poble Pierre-Éric, Les vicariae et la genèse des « paroisses » dans le Massif Central (fin IXe-milieu-XIe siècle). In Lieux sacrés et espace ecclésial (IXe-XVe siècle), pp. 369-393 (Cahier de Fanjeaux 46).

Résumé de l'auteur

Comprendre la vicaria des IXe-XIe siècles comme l'entité usuelle d'une délégation locale de potestas pour assurer la garde d'un ensemble patrimonial donné ouvre de nouvelles perspectives. Parmi la diversité des expériences vicariales, celle des vicariae ecclésiales occupe une place particulière. Elles permettent d'associer dans une même entité gouvernée par une église locale des biens ecclésiastiques de nature variée. Juridiquement placée sous une certaine tutelle épiscopale et intégrée dans un réseau, la vicaria ecclésiale ressemble aux « paroisses ». Cependant, elle s'en distingue notamment par la grande dispersion des biens qui la composent et ses contours nécessairement fluctuants. Aussi, ne peut-on pas encore tout à fait parler de « paroisses » pour qualifier ces entités, même si certains scribes expérimentent cette appellation dans ce contexte précis dès la fin du IXe siècle. La parrochia des formules de localisation antérieures à la fin du XIe siècle se présente donc généralement plutôt comme un synonyme du terme vicaria, à l'image des autres désignations contemporaines utilisées dans une situation similaire (ager, ministerium, aicis, centena, vallis...).

Index de l'article

L'index n'est pas encore disponible