Le Programme du 55e colloque de Fanjeaux, du 8 au 11 juillet 2019

Le « catharisme » en questions sous la direction de Jean-Louis Biget, ENS LSH

Dans les dernières décennies, le phénomène des hérésies médiévales s’est inscrit dans le champ d’une compréhension renouvelée. En concomitance, une réflexion s’engageait sur les rapports entre mémoire collective et discours historique. Un tel contexte impose de réexaminer l’histoire du « catharisme », pour tenter de répondre aux interrogations qui demeurent sur ses origines, sa nature, sa chronologie, son appellation et son évolution. Des spécialistes reconnus, de différentes générations et de plusieurs nationalités, uniront à Fanjeaux leurs compétences afin d’assurer le progrès des débats en cours, de faire le point sur les doutes et les certitudes et dresser un bilan aussi exact et objectif que possible des questions ouvertes. 

Lundi 8 juillet

  • 9h15. Ouverture du colloque
  • 9h30. Jean-Louis Biget, ENS LSH, Introduction. L’histoire du « catharisme » : un nœud de questions.

I. Quelles origines ? Orientales ou occidentales ? Exogènes ou endogènes ?

A. Regard critique sur les sources

  • 10h. Alessia Trivellone, Université Paul-Valéry Montpellier, CEMM. Des Églises cathares en Italie ? Pour une étude critique des sources italiennes
  • 10h45. Edina Bozóky, Université de Poitiers, CESCM. Circulation et portée de l'apocryphe Interrogatio Iohannis.
  • 11h30. Jean-Louis Biget, ENS LSH. Des connexions balkaniques ? Retour sur le « concile de Saint-Félix ».

B. L’hérésie, corollaire de l’orthodoxie

  • 14h30. Dominique Iogna-Prat, École des Hautes Études en Sciences sociales. Unité de l’Église et définition de l’hérésie au XIIe siècle. 
  • 15h15. Uwe Brunn, Université Paul-Valéry Montpellier, CEMM. Défense de l’unité de l’Église. Diabolisation et dualisme des dissidents.

II. Comment s’élabore l’image d’une Occitanie hérétique ?

  • 16h. Robert I. Moore, Université de Newcastle. L’hérésie dans le jeu des pouvoirs, particulièrement en Occitanie.

Mardi 9 juillet

  • 9h. Emmanuel Bain, Aix-Marseille Université, TELEMMe. Alain de Lille et son Contra hereticos. Examen critique.
  • 9h45. Jacques Chiffoleau, École des Hautes Études en Sciences sociales, CIHAM. Negotium pacis et fidei. Innocent III et l’hérésie en Italie et dans le Midi 
  • 10h30. Hélène Débax, Université Jean-Jaurès Toulouse, FRAMESPA. Les légats méridionaux : Pierre de Castelnau, Raoul de Fontfroide, Arnaud Amalric. Recherches sur leurs familles et leurs motivations.

III. Les dissidences, quelle réalité avant la croisade ?

  • 11h15. Guy Lobrichon, Université d’Avignon, CIHAM. L’évangélisme et la vita apostolica en Occitanie au XIIe siècle. Formes, évolution, oppositions.
  • 14h30. Jean-Louis Biget, ENS LSH.  Les « bons hommes », les « bonnes dames » et leurs communautés.
  • 15h15. Bernard Hodel, o.p., Université de Fribourg. Des intuitions fulgurantes : Diègue d’Osma, Dominique de Caleruega, Foulque de Toulouse.

IV. Après la croisade, quel devenir de l’hérésie ?

  • 16h. Jacques Paul, Aix-Marseille Université. Salut et doctrine chez les croyants des hérétiques.

Mercredi 10 juillet

  • Excursion en Ariège : Pamiers, Foix, Montségur.

Jeudi 11 juillet

  • 9h. Mark Pegg, Université Washington, Saint-Louis (Missouri). L’inquisition. Dilatation du champ de l’hérésie.
  • 9h.45. Julien Théry, Université Lumière Lyon, CIHAM et Jean-Paul Rehr, Université Lumière Lyon, CIHAM. La lutte contre l’hérésie, un moyen de gouvernement de l’Église et du roi dans la France méridionale ?
  • 10h30. André Vauchez, Institut de France, Conclusion.

Les actes de ce colloque constitueront le volume N° 55 des Cahiers de Fanjeaux (à paraître en juillet 2020).

Pour de plus amples information, écrire à l'association.